Om Netværket

Nordisk Netværk for Avantgardestudier er et nordisk forskningsnetværk støttet af Nordforsk 2004-2007. Nordisk Netværk for Avantgarde Studier vil styrke og koordinere mindre og spredte nationale forskningsmiljøer, bidrage til at fremme udveksling af viden om forskelle og ligheder mellem de nordiske lande og gøre nordisk avantgardeforskning internationalt synlig. Nordisk Netværk for Avantgardestudier afholder en årlig konference. Netværket danner også ramme for udarbejdelsen af De nordiske avantgarders kulturhistorie i 4 bind og et elektronisk arkiv for dokumenter fra de nordiske avantgarder. Det nordiske forskningsnetværk er en videreudvikling af det danske forskningsnetværk ”Avantgardernes genkomst og aktualitet” støttet af Det humanistiske Forskningsråd 2001-2004. Under forberedelse er et Europæisk Netværk for Avantgarde og Modernisme Studier, EAM, hvis første konference afholdes i Ghent, Belgien, maj 2008.

About the Network

The Nordic Network of Avant-Garde Studies is supported by Nordforsk 2004-2007. The Nordic Network of Avant-Garde Studies aims to support and coordinate small and dispersed national centres of research, help promote the exchange of knowledge about differences and similarities among the avant-garde currents and research in the Nordic countries, and make Nordic avant-garde research visible in a European and international context. The Nordic Network of Avant-Garde Studies has a yearly conference. Within the Network an editorial group is preparing a four-volume Cultural History of the Nordic Avant-Gardes and an electronic archive of documents from the Nordic avant-gardes. The Nordic network is an extension of the Danish research network ”The Return and Actuality of the Avant-Gardes” supported by the Danish Research Council 2001-2004. A European Network of Avant-Garde and Modernism Studies, EAM, is under preparation and will have its first conference in Ghent in May 2008.
Tak for støtte til
nordforsklogo.jpg
Powered by
Movable Type 3.31

Hjem

Colloque international – Le livre d’artiste : quels projets pour l’art ?

Organisé par l’université de Rennes 2 Haute Bretagne

En collaboration avec l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne

À Rennes, les 18, 19 et 20 mars 2010

Sous la responsabilité scientifique de Leszek Brogowski, professeur d’esthétique à l’université de Rennes 2 Haute Bretagne, et d’Anne Mœglin-Delcroix, professeur de philosophie de l’art à l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne

Colloque organisé dans le cadre du séminaire interuniversitaire « Papier en action » (équipe d’accueil « Arts : pratiques et poétiques » [EA 3208], laboratoire « L’œuvre et l’image », université de Rennes 2 Haute Bretagne et Centre de philosophie de l’art [EA 3562] de l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne). 

Le livre d’artiste est une forme récente de la création où l’artiste utilise le support du livre pour produire une œuvre à part entière. Sous l’apparence inoffensive d’un livre ordinaire, souvent modeste, il cherche à intervenir dans le champ des idées et des concepts plutôt qu’à exhiber le raffinement de sa forme graphique et éditoriale. Aussi le livre d’artiste change-t-il non seulement l’approche de la pratique artistique, mais aussi la façon de penser l’art. Le choix du médium du livre comme support d’une création présente un intérêt très particulier pour le chercheur : d’une part, il invite à penser à nouveaux frais le rapport de l’art contemporain et de la tradition ; d’autre part, il implique une réflexion critique sur la place que l’art occupe – ou qu’il pourrait occuper – dans l’espace social. Le livre d’artiste permet en effet de reconsidérer le rapport à la tradition dans la mesure où le livre, moyen d'expression traditionnel entre tous, est souvent utilisé par des artistes qui revendiquent par ailleurs leur appartenance à la dynamique de l’avant-garde artistique, identifiable, au contraire, à sa volonté de rompre avec les traditions. Au moment où d’aucuns déplorent la disparition des « mouvements artistiques », le livre d’artiste permet de prendre conscience de la nécessité d’examiner les projets de l’art inhérents aux travaux des artistes, au lieu de se fier au formalisme d’étiquettes a priori. Ainsi correspond-il peut-être à une nouvelle époque de l’art où le choix des valeurs s’affirme avec plus de clarté. Le livre d’artiste permet également de réfléchir à la place de l’art dans la société dans la mesure où, en prenant la forme d’un livre ordinaire, accessible par son tirage comme par son prix, il permet à l’art contemporain de retrouver un ancrage dans la vie quotidienne : avec lui, l’art prend place dans nos bibliothèques et est partie prenante de nos lectures. Le livre d’artiste, en proposant une sorte d’économie démocratique de l’art, propose par là même une alternative aux dérives et délires du marché actuel de l’art. Le moment est venu d’examiner quelles perspectives sociales il ouvre à l’art.

 

Le projet spécifique du colloque « Le livre d’artiste : quels projets pour l’art ? » se propose précisément interroger le (ou les) projet(s) de l’art implicite(s) au choix fait par les artistes, depuis bientôt cinquante ans, de produire tout ou partie de leur œuvre sous formes de livres, revues, inserts et autres imprimés. Il s’agira bien sûr d’interpréter des livres, mais aussi d’exploiter les témoignages des acteurs du champ (artistes, éditeurs historiques, bibliothécaires, etc.). Il s’agira aussi d’analyser le « chemin » des livres d’artistes dans la société : modalités spécifiques d’accès à l’art par le livre et réception de l’art par le spectateur devenu lecteur, mécanismes de diffusion, lieux d’archivage et de conservation, etc.). On cherchera à identifier les valeurs qui déterminent les artistes à se tourner vers le livre aux dépens ou à côté de formes plus conventionnelles d’expression artistique (peinture, installation, vidéo, etc.), et on tâchera d’identifier dans ces pratiques une forme de critique sociale.

 

Comité scientifique :

Leszek Brogowski, professeur d’esthétique à l’université de Rennes 2

Anne Cauquelin, professeur émérite de philosophie à l’université Jules Verne, Amiens

Anne Mœglin-Delcroix, professeur de philosophie de l’art à l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne

Maurizio Nannucci, artiste et éditeur de livres d’artistes, Florence (Italie)

Clive Phillpot, conservateur free-lance, Londres (Grande-Bretagne) et directeur honoraire de la bibliothèque du MoMA, New York (États-Unis)

Jean-Marc Poinsot, professeur d’histoire de l’art à l’université de Rennes 2

Christophe Viart, professeur en arts plastiques à l’université de Rennes 2

 

 

PROGRAMME :

 

Jeudi 18 mars

 

10h : Accueil des participants, ouverture du colloque

 

Matinée : TÉMOINS (présidence Anne Mœglin-Delcroix)

10h30 : Jean-Noël Herlin, artiste, ancien libraire, expert et archiviste, New York (États-Unis)

Propos sur la première génération de livres d’artistes

11h15 : Clive Phillpot, conservateur free-lance, Londres (Grande-Bretagne) et directeur honoraire de la bibliothèque du MoMA, New York (États-Unis)

From N.E.Thing co. to Anything Goes ?

12h : Maurizio Nannucci, artiste, fondateur des éditions Exempla et de Zonarchive, Florence, (Italie)

Crossing Some Ideas

 

12h45-14h30 : Pause-déjeuner

 

Après-midi : ARTISTES (présidence Jean-Marc Poinsot)

14h15 : Marie-Hélène Breuil, professeur d'histoire de l'art à l'École supérieure des beaux-arts de Tours

Le « travail de l’art au travail » ou le récit d’une sociabilité différée

15h : Frédéric Paul, critique d’art, ancien directeur du Frac Limousin, dir. du Centre d'art contemporain / Centre culturel de rencontre du Domaine de Kerguéhennec

En feuilletant, en compilant… À propos d’un livre d’Allen Ruppersberg

Vers 15h45 : Pause-café

16h : Jacinto Lageira, , professeur d'esthétique à l’université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Intertextualité et polygraphie dans les ouvrages de Joseph Kosuth

16h45 : Valérie Mavridorakis, maître de conférences à la Haute école d'art et de design de Genève, Suisse

Extension du domaine de l'œuvre : sur une publication de Mike Nelson

17h30 : Stéphane le Mercier, artiste, chargé de cours à l'ESAD Strasbourg, co-responsable avec Pierre-Olivier Arnaud du projet « Table d'Hôtes », Lyon

Au sujet d'un livre retrouvé : Zwei Arbeiten d'Ernst Caramelle. Discrétion et résistance du livre d'artiste

 

Vendredi 19 mars

 

Matinée : ÉDITEURS (présidence Christophe Viart)

9h15 : Bertrand Clavez, maître de conférences en histoire de l’art à l’université de Rennes 2 Haute Bretagne

Au-delà du livre. Les utopies sociales de l’éditeur-artiste : le cas de Dick Higgins et de Something Else Press

10h : Evelyne Toussain, professeur d’histoire de l’art à l’université de Pau et du Pays de l’Adour

La Bergerie, centre d’art contemporain modeste et génial

10h45 : Jacques Sauvageot, Animateur de Plast – Réseau art contemporain grand ouest

Les Editions Zédélé (Brest), pratiques éditoriales et pratiques artistiques

11h30 Antoine Lefebvre, artiste-éditeur, doctorant à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

La Bibliothèque Fantastique. Le livre recomposé

 

12h15-14h30 : Pause-déjeuner

 

Après-midi : GENRES ET PHÉNOMÈNES (présidence Valérie Mavridorakis)

14h30 : Denis Briand, maître de conférences d'arts plastiques à l’université de Rennes 2 Haute Bretagne

Les atlas. Le livre d’artiste entre projet critique et utopie

15h15 : Alexander Streitberger, professeur d’histoire de l’art à l’université catholique de Louvain-La-Neuve (UCL) et directeur du Lieven Gevaert Centre for Photography, Belgique

Le livre cinématique : Vidéo et livre d’artiste à l’ère des médias de masse

vers 16h : Pause-café

16h15 : Pascale Borrel, maître de conférences d'arts plastiques à l'Université Rennes 2 Haute Bretagne

Livres sans textes : le choc des images en l'absence des mots

17h : Thomas Hvid Kromann, docteur en histoire de l’art, post-doc à l’université de Copenhague, Danemark

Livres d’artistes danois

 

Samedi 20 mars

 

Matinée : PROBLÉMATIQUES (présidence Leszek Brogowski)

 

9h30 : Océane Delleaux, docteur en histoire de l'art, ATER à université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Les publications d'artistes à l'épreuve du numérique

10h15 : Paulo Silveira, chercheur à l'Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, Brésil

La réédition comme opération artistique

11h : Jérôme Dupeyrat, doctorant à l'université de Rennes 2 et éditeur

Le livre d’artiste comme alternative à l’exposition

11h45 : Conclusions et clôture du colloque

 

 

Université Rennes 2 Haute Bretagne

U.F.R. Arts, Lettres, Communication

Campus Villejean

Place du Recteur Henri Le Moal

CS 24307

35043 Rennes cedex

Amphithéâtre L3

Accès métro : station Villejean Université

 

Colloque réalisé avec le soutien

du Conseil scientifique de l’Université Rennes 2 Haute Bretagne

de Rennes Métropole

du Conseil Régional de Bretagne

[logos de :

Rennes Métropole

Conseil Régional de Bretagne

d’IncS

de Rennes 2

de Paris I]

 

Contacts :

Nelly Brégeault-Krembser

Secrétariat Recherche

Université Rennes 2 Haute Bretagne

U.F.R. Arts, Lettres, Communication

Place du Recteur Henri Le Moal

CS 24307

35043 Rennes cedex

téléphone : 02 99 14 15 04

e-mail : nelly.brégeault@uhb.fr

 

Conception graphique : #

Achevé d’imprimer par les soins des

Compagnons du Sagittaire, Rennes 

L’exposition de Maurizio Nannucci au Cabinet du livre d’artiste, bâtiment EREVE, sera inaugurée le jeudi 18 janvier à 18h.

 

An international conference organized by the University of Rennes 2 in collaboration with the University of Paris I – Panthéon-Sorbonne: March 18, 19, 20 2010 at Rennes 2

The artists’ book: ideas for the future of art

The artists’ book is a recent form of artistic creation in which the artist uses a book as a vehicle for producing an independent work of art.  Under the guise of an ordinary unassuming book, often put together with quite simple means, the artists’ book intends to intervene in the field of ideas and concepts rather than to simply exhibit the refinements of its graphic or editorial shape. By doing so the artists’ book modifies not only the ways  we approach artistic practice, but also the way we think about art.  The choice of the artists’ book as a medium supporting artistic creation presents the theoretician with an interesting set of problems: on one side it encourages rethinking the relation between  contemporary art and tradition, and on the other side it implies critical reflection upon the place that art occupies, or perhaps could occupy, in the social space. In fact, the artists’ book allows us to reconsider our relation to tradition insofar as the book, which most of us consider to be a traditional expressive medium, is frequently used by artists who otherwise wish to claim affiliation with the dynamic of the vanguard, with a movement which puts an emphasis on breaking ties with the old traditions. At the very moment when some are ready to bemoan the decline of “artistic movements”, the artists’ book creates an opportunity to realize the necessity of examining  the projects of art such that they are embedded in the artists’ work itself, instead of relying on the formalism of  a priori assigned labels. In this way the artists’ book belongs perhaps to a new epoch of art where the choice of certain values can be asserted with more clarity. The artists’ book also opens the door to reflection on the subject of the place of art in society insofar as, by taking the form of an ordinary book  (which remains accessible thanks to both being in print and modestly priced), it allows contemporary art to anchor itself in daily life: with the artists’ book art enters the shelves of our home libraries and becomes a partner in our readings. The artists’ book, by proposing some sort of democratic economy of art, offers a certain alternative to the distortions and lunacies of present-day art markets. It is therefore time to look at the social perspectives which the artists’ book creates for art.

The specific project chosen for this conference — “The artist’s book: what projections for art?”— provides an occasion to look at the possible destinations of art which are implicitly dictated by the fact that many artists, for over fifty years, have chosen to produce their work, or at least part of their work in books, journals, booklets, flyers, and other forms of small printings. Such an investigation will involve first and foremost the interpretation of the artists’ books but it would also encourage us to explore the testimonies of all the interested parties (artists, editors, historians, librarians, etc.). We will also examine the social “itinerary” of the artists’ book: the specific modalities of access to art offered by a book, as well as the modes of the reception of art in the situation where the viewer  becomes the reader; new mechanisms for the distribution of art; appropriate means of storage,  archiving, conservation, etc. We will try to identify the values which propel artists to turn toward the book alongside of, or sometimes at the expense of, more conventional forms of artistic creation (such as for instance painting, installation, video, etc.), and finally, we will try to point to a certain form of the social critique inherent in this artistic practice.